Fatima Khair: «au Parlement, je serai la voix des artistes et des sans-voix»

L'actrice Fatima Khair.

L'actrice Fatima Khair. . DR

Revue de presseKiosque360. La politique est aussi un art qui doit toucher la population de manière harmonieuse, loin des slogans creux et de la langue de bois. Dixit l’actrice Fatima Khair, élue députée sous la bannière du RNI.

Le 17/09/2021 à 19h51

L’actrice, productrice et animatrice de télévision, Fatima Khair, a changé de registre en devenant parlementaire sous la bannière du RNI.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Al Michaâl, dans sa dernière édition, elle explique pourquoi elle a choisi l’hémicycle après avoir roulé sa bosse sur les planches (théâtre), les plateaux de télévision et les studios du cinéma. La Constitution, s’explique-t-elle, donne à l’artiste, comme à chaque citoyen, le droit de s’investir dans l’action politique. D’autant plus, ajoute-t-elle, que le comédien a de tout temps porté un message artistique mais aussi politique car il incarne dans ses rôles les problèmes d’une large frange de la société.

Il est vrai, poursuit-elle, que sa présence au parlement va servir les artistes car ils auront une voix, voire deux, si l’on ajoute celle de Kalila Bounilaat, pour défendre leur cause: «J’ai toujours dit que l’art est une politique et, en tant qu’artistes, nous reflétons les problèmes de la société. Mais la politique est aussi un art qu’il faut transmettre à la population de manière harmonieuse, loin des slogans creux et de la langue de bois », martèle Fatima Khair. Autant dire, souligne-t-elle, que le fait de devenir députée renforcera ses convictions, ses idées et ses positions et qu’elle se fera l’avocate des artistes mais aussi de toutes les catégories de la société.

L’hebdomadaire Al Machaâl rapporte que Fatima Khair révèle qu’elle a adhéré au RNI pour plusieurs raisons et plus particulièrement, dit-elle, parce que son président, Aziz Akhannouch, est au fait des problèmes des artistes. Il est temps, poursuit-elle, que l’artiste puisse mener une vie décente et disposer d’une loi qui le protège des aléas de la vie. Pour ce faire, il a besoin d’un parapluie politique à l’instar de la Fédération des artistes RNIstes qui vient d’être créée pour sauver ce qui peut encore l’être, renchérit-elle.

A cet égard, la parlementaire a tenu à vivement remercier Nawal El Moutawakil qui, dit-elle, a joué un grand rôle dans la création de cette Fédération: «Cela n’étonne personne car Nawal est une grande militante, artiste dans son domaine et championne à tous les égards».

Interrogée sur la capacité des artistes à s’investir dans la sphère politique, Fatima Khair souligne que la plupart des comédiens et des acteurs ont une grande culture générale et suivent de très près tout ce qui se passe aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.

Par Hassan Benadad
Le 17/09/2021 à 19h51