Groupe Zniber: un investissement d’ampleur dans l'huile d'olive et les fruits rouges

Des framboises prêtes à être cueillies.
Des framboises prêtes à être cueillies. . Dr

Revue de presseKiosque360. Un partenariat conclu avec les Emiratis et portant sur un investissement de 750 millions de dirhams devrait permettre au groupe marocain de se hisser au rang de deuxième producteur d’huile d’olive et premier exportateur de fruits rouges. Les détails.

Le 17/12/2017 à 21h11

Diana Holding et l’Emirati Jenaan Investment viennent de sceller un partenariat à l’occasion du SIAL Moyen-Orient qui se tient à Abu Dhabi. Un accord qui porte sur un investissement consolidé de 750 millions de dirhams pour la période 2018-2020, rapporte L’Economiste dans son édition du 18 décembre.

Ce partenariat englobe toute la chaîne de valeur, de la plantation à la commercialisation à l’export. Dans un premier temps, cet accord est centré sur les fruits rouges (framboises, myrtilles, fraises et mûres). Il s’agit, pour le groupe Zniber, de dupliquer le modèle adopté avec un partenaire américain chargé d’exporter les produits vers les pays destinataires. Pour y parvenir, il a été décidé de mobiliser 350 hectares pour la production de ces fruits. La production prévisionnelle porte sur 5.000 à 6.000 tonnes par an.

Le second volet concerne la production de 5.000 tonnes d’huile d’olive extra vierge destinée au marché américain. L’accord prévoit la plantation de 1.500 hectares de variétés locales et espagnoles. Cette superficie sera annexée à la filière développée par Les Domaines Brahim Zniber, qui gère déjà 1.300 hectares d’oliviers. Et, avec cette surface cumulée (2800 ha), Diana Holding deviendra le deuxième producteur d’huile d’olive au Maroc.

Le projet avec les Emiratis permettra également au groupe marocain de devenir le premier exportateur de fruits rouges. Le projet bénéficiera par ailleurs d’une intégration industrielle en termes de processing, de stockage et de commercialisation à l’international, spécialement vers le marché américain. Il devrait, enfin, atteindre sa vitesse de croisière à l’horizon 2021-2022.

Par Fayçal Ismaili
Le 17/12/2017 à 21h11

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800