Tétouan: le professeur reconnaît le harcèlement des étudiantes mais nie le chantage sexuel

La ville de Tétouan
La ville de Tétouan . DR

Revue de presseKiosque360. Le quotidien Al Massae, dans son édition du 9 mai, revient sur les derniers rebondissements dans l'affaire de chantage sexuel qui a secoué l'université Abdelmalek Essaadi de Tétouan. Le professeur impliqué dans ce dossier a vu sa détention préventive prolongée de 24 heures.

Le 08/05/2017 à 19h30

Le Parquet de la Cour d’appel de Tétouan a décidé de prolonger de 24h la détention préventive du professeur accusé d’avoir abusé de sa position pour imposer des relations sexuelles à des étudiantes de la faculté des sciences. La Cour a donné ses instructions à la police judiciaire pour un approfondissement de l’enquête.

Des sources ont révélé au journal Al Massae que le professeur avait avoué aux inspecteurs, dès le premier interrogatoire, avoir eu des relations sexuelles librement consenties avec deux étudiantes, sans néanmoins avoir jamais recouru à un quelconque chantage. Or, selon les mêmes sources, les inspecteurs de police ont réussi à prouver que l'enseignant avait promis à ses étudiantes de bonnes notes en échange de ces actes sexuels.

Les inspecteurs ont d'ailleurs confronté le suspect à des copies d’examen sanctionnées de notes de 18 sur 20, loin d'être méritées. Devant ces preuves accablantes, le professeur a fini par s’effondrer. Mais il a insisté sur le fait que les actes sexuels étaient consentis et que les jeunes filles étaient âgées de 19 ans.

Les services de police de la ville de Tétouan continuent d'interroger des jeunes étudiantes de la faculté des sciences de la ville.

Par Imane Azmi
Le 08/05/2017 à 19h30