Safi: des commerces vendus au noir et transformés en dépôts d’alcool

Une précédente saisie d'alcool de contrebande.
Une précédente saisie d'alcool de contrebande. . DR

Revue de presseKiosque360. De nombreux lieux de commerce, à Safi, sont vendus au noir et transformés en dépôts d’alcool sans licence. Un nouveau scandale qui éclabousse le Conseil de la ville, présidé par le PJD.

Le 18/02/2016 à 19h59

Plusieurs magasins commerciaux spécialisés dans la vente de produits alimentaires et de vêtements, dans le marché municipal «Plateau», sont passés d’une main à l’autre. Le hic, rapporte Al Akhbar dans son édition de ce vendredi 19 février, est que ces commerces, propriété du Conseil de la ville, sont transformés en dépôts d’alcool dont la plupart ne bénéficiant pas de licence.

«Selon des sources concordantes, le Conseil de la ville, dirigé par le Parti de la justice et du développement (PJD), accepte le passage du droit d’exploitation d’un locataire à un autre, en contrepartie d’une somme dépassant les 300.000 DH, payée au noir et donc non déclarée aux services municipaux concernés ni aux impôts», souligne le quotidien arabophone.

En guise de protestations contre ces dépôts secrets d'alcool, plusieurs commerçants ont quitté le marché municipal.«Pas moins de sept magasins ont fermé et été utilisés comme dépôts de stockage d’alcool sans que les nouveaux propriétaires disposent de licence du Conseil municipal. Cet état de fait est aggravé par la faillite de nombreux commerçants qui préfèrent vendre leurs magasins aux commerçants d’alcool qui mettent le paquet pour se les procurer», précise ainsi Al Akhbar.

Une source citée par la publication indique que le contrat de bail est devenu logiquement nul et non avenu puisque les nouveaux locataires ne respectent pas les clauses qui y figurent.

Par Khalid Mesfioui
Le 18/02/2016 à 19h59

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800