Poursuivi pour escroquerie au Maroc, un tunisien recherché par Interpol arrêté en Algérie

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. . DR

Revue de presseKiosque360. En proposant des contrats de travail en Europe et aux Etats-Unis, un citoyen tunisien aurait arnaqué pas moins de 60 personnes au Maroc. Il vient d’être interpellé par l’Interpol en Algérie. Cet article est une revue de presse du quotidien Al Akhbar.

Le 28/04/2022 à 23h18

En début de semaine, l’Organisation internationale de police criminelle, communément abrégée en Interpol, a interpellé un citoyen tunisien en Algérie. Ce dernier faisait l’objet d’un mandat de recherche international de type “B” qui fait suite à une demande d’arrêt formulée par le procureur général du roi près le Tribunal de première instance de Berrechid, rapporte le quotidien Al Akhbar dans sa livraison du 29 avril.

Au Maroc, le Tunisien était poursuivi pour fraude et escroquerie. Dans le détail, le journal souligne que l'individu avait arnaqué plusieurs citoyens marocains, leur faisant croire qu’il pouvait les faire émigrer en Europe, via les Emirats arabes unis. C hacune de ses victimes devaient débourser des sommes importantes, allant de 70.000 jusqu’à 100.000 dirhams, en plus des 30 000 dirhams de frais de dossier.

D’après les sources d’Al Akhbar, les autorités marocaines, représentées par la Gendarmerie royale à Settat, attendent le transfert du citoyen tunisien à Berrechid par l’Interpol, pour poursuivre et approfondir leur enquête avec l’individu recherché depuis février dernier. Toujours selon les sources du quotidien, le Tunisien devrait être déféré dès lors devant le parquet général.

Cette affaire a commencé lorsque le procureur général du Roi près le Tribunal de première instance de Berrechid a reçu plusieurs plaintes d’individus qui se disaient victimes d’escroquerie de la part d’un citoyen tunisien disposant d’une société localisée à Deroua, dans la province de Berrechid. Les victimes auraient ainsi déboursé des sommes importantes d’argent en échange de contrats de travail en Europe via les Emirats arabes unis.

Dès la réception des plaintes, le procureur général du roi a donné ses instructions à la Gendarmerie royale qui a entamé ses recherches, en interrogeant pas moins de 60 victimes de cette escroquerie. Ces individus ont tous livré le récit de la fraude qu’ils ont subie de la part du citoyen tunisien. Elles assurent aussi que plusieurs personnes se trouvent aujourd’hui aux Emirats arabes unis, attendant leur départ vers les pays européens. En vain.

Par Khalil Rachdi
Le 28/04/2022 à 23h18

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800