Paléontologie: une nouvelle espèce d’ankylosaure mise au jour au Maroc, une découverte inédite

Coupe transversale d'une côte fossilisée de l’ankylosaure découvert au Maroc. 
Coupe transversale d'une côte fossilisée de l’ankylosaure découvert au Maroc.  . The Natural History Museum of London

Une équipe de chercheurs internationaux vient de mettre en évidence la présence d’une nouvelle espèce d’ankylosaure au Maroc, une première en Afrique. Les recherches paléontologiques associées aux datations radiométriques montrent que son apparition date de 167 à 163 millions d'années.

Le 24/09/2021 à 11h25

Dans une étude parue hier, jeudi 23 septembre 2021, dans la revue scientifique Nature, une équipe d’archéologues a annoncé la découverte d’une nouvelle espèce d’ankylosaure au Maroc. Cet animal imposant, possédant une épaisse carapace de sa tête jusqu'à l'extrémité de sa peau, a été sorti de terre dans une mine située à Boulahfa, dans le Moyen Atlas.

L’équipe des chercheurs, dirigée par Susannah Catherine Rose Maidment, paléontologue britannique au Natural History Museum de Londres, a acquis une côte de cet ankylosaure d'un marchand de fossiles à Cambridge en 2019, apprend-on du site officiel du Musée britannique.

Selon les paléontologues à l'origine de cette découverte, ce nouveau dinosaure, nommé Spicomellus afer, n'est pas seulement le plus ancien ankylosaure jamais découvert et le premier à être trouvé sur le continent africain, mais il a également eu des pointes osseuses saillantes de ses côtes.

Il s’agit, selon les chercheurs, d’une caractéristique que l'on ne retrouve chez aucune autre espèce de vertébrés (des animaux possédant un squelette interne comprenant une colonne vertébrale pour soutenir leur corps).

De plus, les côtes fossiles présentent une caractéristique que l'on ne voit chez aucun autre animal. En effet, les pointes protectrices qui auraient autrefois tapissé les côtés de cet animal sont en fait fusionnées aux os des côtes elles-mêmes.

Susannah Catherine Rose Maidment, paléontologue britannique au Natural History Museum de Londres qui a contribué à cette recherche, souligne que "l’armure de toutes les espèces connues d'ankylosaure a été incrustée dans leur peau, ce qui signifie que ce nouveau fossile dans lequel l'armure est physiquement fusionnée aux os ne ressemble à rien de ce que nous avons vu auparavant".

"De plus, les ankylosaures sont généralement découverts en Amérique du Nord et en Asie, et nous connaissons tout un tas d'espèces différentes, mais celui-là est complètement différent des autres espèces", a-t-elle ajouté.

Autre fait intéressant: le nouveau fossile provient également du même site où Adratiklit Boulahfa (lézard des montagnes), le plus ancien stégosaure, a été découvert.

Par Majda Benthami
Le 24/09/2021 à 11h25