Fès: impliqué dans un accident mortel de la circulation, le fils d’un député s’en tire avec 4 mois de prison

A l'occasion de l'aïd Al-Fitr 2021, les détenus seront à nouveau autorisés à recevoir des paniers alimentaires de leur famille.
A l'occasion de l'aïd Al-Fitr 2021, les détenus seront à nouveau autorisés à recevoir des paniers alimentaires de leur famille. . DR

Revue de presseKiosque360. Dans la circonscription de Moulay Yacoub, le fils d’un parlementaire a été condamné par le tribunal de première instance de Fès à quatre mois de prison, après avoir provoqué un accident mortel avec une voiture non assurée. Cet article est une revue de presse du quotidien Assabah.

Le 13/12/2021 à 19h52

Le tribunal de première instance de Fès a condamné, dernièrement, le fils d’un parlementaire, qui a provoqué un accident mortel de la circulation, à quatre mois de prison ferme pour homicide involontaire et délit de fuite. Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du mardi 14 décembre, que les faits remontent à fin octobre, quand l’accusé a percuté avec sa voiture deux jeunes gens, tuant l’un et blessant l’autre. Le chauffard, qui circulait sur une route menant à une station touristique appartenant à son père, a alors pris la fuite pour se diriger vers une destination inconnue. 

Les investigations de la police ont vite fait d’identifier le mis en cause et de l’arrêter. Les enquêteurs ont également découvert, au cours de son audition pendant sa garde à vue, que sa voiture n’était pas assurée. Le chauffard a été, par la suite, déféré devant le parquet général qui l’a poursuivi pour les chefs d’inculpation précités et l’a placé en détention provisoire dans la prison de Bourkaiz, dans les environs de Fès.

Le quotidien Assabah rapporte que le ministère public a refusé la demande de mise en liberté formulée par l’avocat de l’accusé lors de sa première comparution devant le tribunal, le 29 octobre dernier. C’est au cours de la deuxième audience qu’il a été condamné à 4 mois de prison ferme, à une amende de 15.000 dirhams et au versersement de quatre fois ce montant au Fonds de garantie des accidents de la circulation. La Cour a, en outre, ordonné à l’accusé de suivre, à ses frais, une session d'éducation à la sécurité routière au sein de l’institut spécialisé de la technologie appliquée sis dans le quartier Al Adarrissa, à Fès.

 Il devra, par ailleurs, payer à l’administration de la douane la somme de 38.000 dirhams. L’enquête révèle que c’est la deuxième fois qu’un fils de parlementaire de la circonscription de Moulay Yacoub est l’auteur d’un accident mortel de la circulation avec une voiture non assurée.

Par Hassan Benadad
Le 13/12/2021 à 19h52