Infographies. CNSS: ce qu'il faut savoir sur la revalorisation de 5% de la pension de retraite

La revalorisation des retraites concerne 600.000 pensionnés de la CNSS. Photographie d'illustration. . DR

Le Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), réuni vendredi 9 septembre 2022, a approuvé une revalorisation de 5% de la pension de retraite avec effet rétroactif au 1er janvier 2020. Qu’est-ce que cela implique pour la Caisse et ses pensionnés?

Le 17/09/2022 à 14h45

Une revalorisation qui s’est fait attendre, mais qui se concrétise enfin. Le Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), réunie vendredi 9 septembre, a adopté, à la majorité de ses membres, la proposition d’augmentation des pensions de retraite de 5%, avec un minimum de 100 dirhams et un maximum de 210 dirhams par assuré.

Cette décision concerne un effectif de 600.000 pensionnés de la CNSS, dont 70% sont bénéficiaires des pensions de vieillesse, 30% des pensions de survivants et plus de 5.000 pensionnés pour invalidité, apprend-on d’une source autorisée à la CNSS.

© Copyright : DR

Sur l’ensemble des pensionnés de la CNSS, 71% perçoivent des pensions inférieures à 2.000 dirhams par mois. Ces derniers auront une augmentation mensuelle de l’ordre de 100 dirhams. Les pensionnés ayant une pension comprise entre 2.000 et 3.000 dirhams par mois, soit 13% des pensionnés de la CNSS, bénéficieront d’une augmentation qui varie de 100 à 150 dirhams par mois. Ceux ayant une pension comprise entre 3.000 et 4.200 dirhams (le plafond) auront une augmentation entre 150 et 210 dirhams.

© Copyright : DR

Selon les estimations actuarielles établies par la Caisse, cette revalorisation des pensions aura un coût moyen annuel qui s’élève à un peu plus de 700 millions de dirhams sur les 5 premières années.

S’ajoute à cela une enveloppe de 2 milliards de dirhams consacrée au paiement des rappels, étant donné que cette décision s’applique avec effet rétroactif au 1er janvier 2020.

Les membres du conseil d’administration de la CNSS ont aussi approuvé la baisse du nombre de jours minimum de travail pour prétendre à une retraite. Une décision qui donne corps aux derniers engagements du gouvernement émanant du premier round du dialogue social tenu en avril 2022.

Conformément à ces engagements, la durée minimale de cotisation pour bénéficier d’une pension de retraite devra passer de 3.240 jours à 1.320 jours seulement. De plus, les personnes n’ayant pas cumulé ce nombre de jours d’affiliation auront le droit de récupérer les cotisations salariales et patronales des jours cotisés.

Le 17/09/2022 à 14h45