L’augmentation des pensions CNSS en examen

Le siège de la CNSS. . DR

Revue de presseKiosque360. La Caisse nationale de sécurité sociale envisage une revalorisation de 5% des pensions mensuelles accordées aux affiliés. La hausse serait comprise entre 100 et 210 dirhams par mois. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien L’Economiste.

Le 07/09/2022 à 23h20

Parmi les points saillants à l’ordre du jour du conseil d’administration de la CNSS, prévu vendredi 9 septembre, figure une possible revalorisation des pensions accordées aux affiliés. C’est en tout cas ce que suggère le quotidien L’Economiste dans son édition du 8 septembre. Il précise que ce point est à l’ordre du jour dudit conseil.

La hausse serait de 5%. Il s’agit de la proposition déjà validée en 2019. Celle-ci devait entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2020 et se traduire par une augmentation comprise entre 100 et 210 dirhams par assuré. «Sauf qu’elle a été bloquée par le ministère des Finances qui, à l’époque, avait proposé d’attendre la réforme du régime de retraite CNSS», lit-on.

D’après le quotidien, l’étude réalisée en 2019 avait fait ressortir une facture de 821 millions de dirhams par an. Le tout, avec la promesse d’améliorer le pouvoir d’achat des 679.613 pensionnés que compte la caisse. Pour l’heure, la pension mensuelle moyenne est de l’ordre de 1.680 dirhams.

Autre point qui sera débattu lors du conseil d’administration, la baisse du minimum pour prétendre à une pension à 1.320 jours contre 3.240 jours de stage. Ces deux réformes ne règlent pas un problème de taille. L'horizon d'épuisement des réserves du régime de retraite de la CNSS se rapproche.

Malgré la reprise, plus rapide que celle retenue lors de la précédente évaluation actuarielle de la branche, les indicateurs de pérennité du régime accusent une dégradation par rapport à leur niveau d'avant crise, indique le dernier rapport de la stabilité financière de Bank Al-Maghrib (BAM), de l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) et de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

L'horizon d'épuisement des réserves du régime de retraite de la CNSS a ainsi diminué de huit années pour s'établir à 2038. S'agissant du taux de couverture des engagements du régime sur les soixante prochaines années, il est passé de 76,7% à 64,9%, ajoute la même source.

Seul facteur d’optimisme, ledit rapport fait ressortir que la relance de l'économie nationale en 2021 a impacté favorablement les soldes de la branche retraite de la CNSS. La masse salariale soumise à cotisation s'est établie à 112,4 milliards de dirhams, en augmentation de 16,4% par rapport à 2020 et de 10,2% comparativement à son niveau d'avant la crise sanitaire.

Par Nabil Ouzzane
Le 07/09/2022 à 23h20