Discriminations, éducation, climat… Voici les principales conclusions d’une enquête de l’Unicef menée auprès des jeunes

Des jeunes lors de la clôture du programme UPShiftMorocco, visant à améliorer les compétences des jeunes en situation de vulnérabilité, le 24 juin 2021 à Tanger. . Unicef

Au Maroc, les jeunes réclament des progrès plus rapides dans la lutte contre les discriminations, davantage de coopération entre les pays et une écoute attentive de la part des décideurs. Telles sont les conclusions d'une nouvelle enquête du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), réalisée dans le cadre du projet "L’enfance en évolution".

Le 22/11/2021 à 16h16

Les jeunes générations au Maroc sont plus enclines à faire confiance aux scientifiques et à plébisciter la coopération internationale, indiquent les conclusions d'une enquête internationale de l’Unicef. Ils pensent aussi que le monde sera meilleur pour les générations à venir et qu'ils seront économiquement mieux lotis que leurs parents.

Réalisée dans le cadre du projet L'Enfance en évolution, cette enquête a couvert différents sujets, allant de l’appréciation de la qualité de l’éducation à la perception de l’impact du changement climatique, en passant par la confiance envers les médias et les institutions religieuses, scientifiques et politiques, ainsi que des sujets d’actualités mondiales.

Plus de 21.000 personnes réparties en deux tranches d’âge (15-24 ans et 40 ans et plus) ont été interrogées dans 21 pays, dont le Maroc.

Cette enquête a pu démontrer qu’au Maroc, 58% des jeunes sondés pensent que l’âge minimum acceptable pour se marier devrait être au-dessus de l’âge légal actuel (18 ans), contre 52% pour les plus de 40 ans.

S'agissant de la qualité de l’éducation, seulement 53% des 15 à 24 ans estiment qu'elle s’est améliorée au cours de la dernière génération, contre 73% des jeunes qui le pensent au niveau mondial. Le Maroc dispose aussi de la proportion la plus faible de personnes (42% dans le Royaume comparativement à 72% au niveau global), à penser que la technologie est bonne pour l’éducation.

Concernant la perception de l’avenir, 45% des jeunes interrogés pensent que le monde sera meilleur pour les générations à venir, contre 50% au niveau mondial. Paradoxalement, 61% des 40 ans et plus pensent que les enfants seront économiquement mieux lotis que leurs parents.

Ils sont aussi 52% des jeunes à reconnaître l'incidence élevée des problèmes de santé mentale, contre 40% des plus de 40 ans. En parallèle, les deux générations s’accordent à dire que les enfants d’aujourd’hui ressentent plus de pression pour réussir.

En ce qui concerne la problématique des changements climatiques, le Maroc est aussi l’un des pays où une majorité des jeunes de 15 à 24 ans sont conscients des répercussions du changement climatique. En effet, 76% des 15-24 ans interrogés pensent que le gouvernement devrait prendre des mesures draconiennes à ce sujet.

L’enquête révèle aussi que les jeunes au Maroc se fient généralement davantage aux institutions religieuses (à raison de 64% des sondés) et aux scientifiques (54%).

Par ailleurs, 58% des 15-24 ans interrogés estiment qu’il est très important que les politiciens écoutent la voix des enfants lorsqu’ils prennent des décisions.

Par Hajar Kharroubi
Le 22/11/2021 à 16h16