Maroc-Allemagne: les affaires reprennent

Annalena Baerbock, ministre allemande des Affaires étrangères, et son homologue marocain Nasser Bourita. . Le360 (photomontage)

En directKiosque360. La ministre allemande des Affaires étrangères est attendue demain jeudi à Rabat. Au programme: la préparation de la haute commission mixte, la coopération en matière d’énergies renouvelables et les investissements. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien L’Economiste.

Le 24/08/2022 à 21h31

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, est attendue, à partir de demain jeudi, à Rabat. Au menu de sa toute première visite au Royaume, une rencontre avec son homologue marocain, Nasser Bourita. Ce déplacement servira, surtout, à organiser l’agenda du partenariat économique à venir, stimuler la coopération entre les deux pays et faire oublier une brouille désormais dépassée autour de l’intégrité territoriale du Maroc, indique le quotidien L’Economiste dans son édition du 25 août..

La visite aura ainsi pour but de préparer la tenue de la prochaine haute commission mixte. «A ce niveau, il y a lieu de signaler le récent déplacement en Allemagne de Mohcine Jazouli, ministre de l’Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques», indique le quotidien. L’idée est de stimuler les échanges commerciaux entre les deux pays. Aujourd’hui, le Maroc exporte pour près de 1,4 milliard d’euros vers l’Allemagne, contre 2,2 milliards d’euros d’importations (chiffres 2021). L’Allemagne est ainsi le 5 partenaire commercial du Royaume après l’Espagne, la France, la Chine et les Etats-Unis d’Amérique.

Au programme également des échanges attendus demain, les énergies renouvelables. Le potentiel marocain en hydrogène vert revêt une importance stratégique pour l’Allemagne qui entend réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de pays comme la Russie.

Également visée, l’Afrique. Berlin ne cache pas sa volonté de profiter du positionnement géostratégique et politique du Maroc pour se développer davantage dans le continent. «Par ailleurs, après la pandémie de Covid, les pays européens ont pris conscience de la nécessité de relocaliser leurs usines installées en Asie pour des régions plus proches», lit-on. Sur ce registre, le Maroc est à même d’attirer des investisseurs allemands . «C’est non seulement une porte d’entrée en Afrique, mais aussi, une alternative pour l’approvisionnement et la production de biens pour ses partenaires», souligne L’Economiste.

À préciser que les investissements allemands au Maroc sont passés de 213 millions d’euros en 2015 à 1,3 milliard d’euros en 2020. Le nombre des entreprises allemandes installées au Maroc a doublé pendant cette période pour atteindre la centaine. Ces entreprises créent pour 35.000 emplois directs au Royaume.

Par Nabil Ouzzane
Le 24/08/2022 à 21h31