Formation professionnelle: versement des bourses d'études cette semaine

Un cours magistral, dispensé dans l'un des centres de l'OFPPT.  . DR

Le gouvernement a fait part ce lundi de sa décision de débloquer cette semaine le versement des bourses d'études à quelque 100.000 étudiants et stagiaires des différents cycles de la formation professionnelle.

Le 13/05/2019 à 14h10

"Nous avons signé vendredi [10 mai 2019, Ndlr] une convention tripartite entre le gouvernement, l'Office national de la formation professionnelle et le département ministériel des bourses, en vue de débloquer cette situation", déclare, interrogé par Le360, un haut responsable du secrétariat d'Etat chargé de la formation professionnelle.

Sur les raisons du long retard qui a pénalisé, durant plus de cinq mois, les étudiants des différents cycles de la formation professionnelle, cette source en a fait endosser la responsabilité "à la lourdeur administrative et à une mesure procédurale".

"Exceptionnellement, l'année dernière, c'est l'office national de la formation professionnelle qui s'est chargé de verser les bourses, mais cette année l'Exécutif a demandé la nécessité d'instituer un vrai cadre administratif et juridique chargé du versement de ces bourses", explique également cette source.

Cette mesure a nécessité plusieurs mois de va-et-vient de ce dossier entre la présidence du gouvernement, le ministère de l'Education nationale, l'Office national de la formation professionnelle et le ministère de l'Economie et des finances.

"Vendredi, Mohamed Benchaâboun, ministre de l'Economie et des finances a signé un document ordonnant le versement des bourses", indique cette même source, précisant par ailleurs que la situation des stagiaires qui ont reçu une bourse incomplète cette année va être égakement réglée dans les prochains jours.

Le gouvernement avait approuvé, en 2018, l’octroi d’une bourse aux stagiaires de l’Office national de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

Ce régime concerne 100.000 stagiaires sur les 400.000 inscrits. Ces boursiers sont issues de classes sociales défavorisées. 

Par Mohamed Chakir Alaoui
Le 13/05/2019 à 14h10