Encadrement des chiens errants: l'opération est lancée, en partie, à Oujda

Des chiens errants. . DR

En attendant que les dispensaires animaliers régionaux soient opérationnels, à Oujda, les chiens errants sont soignés à la fourrière. C'est ce qu'explique Badr Tnacheri, président du conseil national des vétérinaires.

Le 28/08/2022 à 09h33

C’est parti pour l’opération d’encadrement des chiens errants à Oujda. Cette campagne de ramassage et de stérilisation devrait être menée dans d’autres villes du Maroc. Mais tant que les dispensaires animaliers régionaux ne sont pas opérationnels, cette action tarde à être appliquée.

«Cette opération de gestion des chiens errants sur le plan national fait suite à la convention qui a été signée en février 2019 entre l’Ordre national des vétérinaires, le ministère de l’Intérieur, et l’Office national de sécurité alimentaire et sanitaire (ONSSA)», explique Badr Tnacheri, président de l’ordre national des vétérinaires dans une déclaration pour Le360.

Cette approche consiste à stériliser les chiens errants, à les identifier à l'aide d'une boucle d'identification accrochée à l'oreille et à leur prodiguer les soins nécessaires selon l’état de santé de chacun avant de les replacer dans leur environnement naturel. «Un projet de construction de trois dispensaires animaliers à Rabat, Agadir et Oujda est en cours d’achèvement, mais en attendant nous avons procédé à la stérilisation des chiens dans la fourrière de la ville d’Oujda, car le dispensaire n’est pas complètement opérationnel et ne dispose pas d’un box de chirurgie», précise notre interlocuteur.

«Les autorités publiques sont aujourd’hui décidées à lutter contre le danger de cette situation en pleine expansion en s’inspirant de l’expérience turque dans le domaine», a déjà fait savoir Badr Tnacheri, président de l’ordre national des vétérinaires dans une précédente déclaration pour Le360.

Dans un communiqué diffusé le jeudi 25 août 2022, l’ordre national des vétérinaires informe que ce sont plus de 2.000 vétérinaires du secteur privé qui ont accepté d’adhérer à cette campagne car c’est une question de santé publique.

Par Qods Chabaa
Le 28/08/2022 à 09h33