Tindouf: «l’Initiative sahraouie pour le changement» défie Brahim Ghali

Il est désormais impossible de continuer à cacher les cas de Covid-19 dans les camps de Lahmada. . Dr

Revue de presseKiosque360. Des refuzniks sahraouis, militant pour un changement total d’approche au sein du Polisario, sont sur le point de tenir l’assemblée constitutive de leur mouvement à Tindouf. Et ce, malgré les tentatives de la direction du Polisario, en mal de légitimité, de museler toute voix dissidente.

Le 15/03/2018 à 00h51

Une nouvelle aile frondeuse au sein du mouvement séparatiste établi à Tindouf est en train de se donner plus de visibilité en préparant son assemblée constitutive au sein même des camps. Il s’agirait, selon Al Ahdath Al Maghribia daté du 15 mars, d’un puissant mouvement qui se dénomme «Alternative sahraouie pour le changement».

Fort du soutien d’une importante frange des populations séquestrées à Tindouf, ce mouvement contestataire dénonce l’archaïsme et la momification de la direction du Polisario, qu’il accuse d’être complètement déconnectée de la réalité des camps. Il prône un changement radical d’approche en vue de trouver une solution au calvaire interminable des populations séquestrées dans la misère depuis plus de quatre décennies.

Al Ahdath rapporte qu’une liste de plusieurs noms de participants à la prochaine assemblée constitutive de cette nouvelle aile du Polisario circule déjà à Tindouf, même si plusieurs noms de meneurs bien connus n’ont pas été mentionnés, alors que le rapport que ces derniers ont dressé sur la situation socio-politico-économique dans les camps fait localement l’objet d’un vaste débat sur les réseaux sociaux.

Les initiateurs du mouvement du changement viennent même de sortir un communiqué dans lequel ils demandent à la population des camps de les soutenir massivement et ouvertement afin de mettre un terme à la mainmise de la vieille garde du polisario, une clique qui s’est spécialisée dans le détournement des aides financières et alimentaires, et qui a fait de la tromperie et du tribalisme un mode de gestion pour la sauvegarde de ses propres intérêts.

Enfin, Al Ahdath rappelle que cette initiative intervient au moment où le groupe de Brahim Ghali, successeur de Abdelaziz El Marrakchi après son décès en mai 2016, est vivement contesté à Tindouf et tente, par tous les moyens répressifs, de faire taire les nombreuses voix qui dénoncent le «théâtre du mensonge» qui n’a que trop duré, et ce sur la foi même d’articles parus dans les colonnes de certains médias séparatistes. 

Par Mohammed Ould Boah
Le 15/03/2018 à 00h51