Universités: une réforme radicale

Amphithéâtre universitaire. . DR

Revue de presseKiosque360. Le compte à rebours est déjà enclenché pour une réforme radicale de l’enseignement supérieur marocain.

Le 09/02/2020 à 17h38

L’université marocaine veut changer de logiciel et carrément d’époque. C’est ce qui ressort, en tout cas, des promesses faites par la tutelle, rapporte le quotidien Aujourd'hui le Maroc du 10 février. Le compte à rebours a déjà été enclenché pour une réforme radicale de l’enseignement supérieur marocain. Il est tôt pour en juger la portée mais, sur le papier, les changements font réellement rêver avec l’objectif assumé et affiché de débarrasser les facultés marocaines du cliché «fabriques de chômeurs». Dans les détails, l’entrée en vigueur de la nouvelle diplomation «Bachelor» dans les universités publiques doit s’accompagner de modifications pour le moins révolutionnaires afin d’attirer plus d’étudiants, notamment ceux issus des familles des classes moyennes et supérieures pour qui le choix d’établissements à accès régulé ou l’enseignement privé, le cas échéant, devient quasiment automatique depuis quelques années. La première nouveauté concerne la flexibilité. Officiellement, le Bachelor devra couronner un parcours de quatre années, mais certains étudiants auront le choix de le boucler bien avant. Dans ce sens, les responsables promettent que le diplôme pourra être obtenu au bout d’un parcours de trois années seulement, pour ceux qui le désirent et en ont la capacité. La deuxième nouveauté concerne la modulation, puisque les étudiants auront le loisir de changer de spécialités et de composer eux-mêmes certaines matières ou modules en fonction de leurs besoins. La troisième modification sera relative à l’enseignement par alternance qui fait officiellement son entrée dans l’enseignement supérieur public pour créer des passerelles plus importantes entre le monde du travail et la sphère académique. A cela s’ajoutent d’autres changements comme l’enseignement à distance et les universités électroniques pour permettre aux candidats de faire des études online. Le ministère compte également renforcer les programmes d’échanges avec les universités étrangères, comme cela se fait dans l’enseignement privé, pour séduire plus d’étudiants. La tutelle veut également faire profiter les étudiants du public du programme des prêts bancaires pour financer leurs études à l’étranger. En parallèle, les responsables comptent aussi s’impliquer activement dans les choix des parcours des étudiants pour faire baisser le taux de déperdition. De même, il sera conseillé aux étudiants de s’inscrire dans des universités ou facultés proches de leur domicile. Les inscriptions dans d’autres établissements ne seront donc acceptées que sur présentation d'un motif valable.

Par Fayçal Ismaili
Le 09/02/2020 à 17h38