L'exportation de l’huile d’argan soumise à licence

Des bouteilles d'huile d'argan de la coopérative «Arganah n Amskroud», dans la région d’Agadir. . Mhand Ouberka / Le360

Revue de presseKiosque360. L'exportation de l’huile d’argan sera restreinte. A partir du 1er juillet 2022, elle sera soumise à licence. Cet article est une revue de presse du quotidien Aujourd’hui le Maroc.

Le 10/04/2022 à 23h11

Le Maroc, premier producteur mondial de l’huile d’argan, prend une importante décision sur son «or liquide , considéré comme l’une des huiles les plus rares au monde et les plus convoitées. En effet, à partir du 1er juillet 2022, l’exportation de l’huile d’argan torréfiée et non torréfiée, en récipient contenant plus de 5 litres, est soumise à une licence d’exportation, comme le rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 11 avril. Concrètement, pour bénéficier de cette licence, les exportateurs d’huile d’argan devront déposer leurs demandes sur la plateforme PortNet accompagnées d’une copie de la facture pro-forma.

L’objectif de cette mesure est de ontrôler les quantités exportées et de maintenir les emplois des personnes travaillant dans la filière au Maroc, a justifié le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, lors d’un point presse. Car, pour le gouvernement, la filière locale ne profite pas toujours de ces exportations.

Une annonce qui s’inscrit dans un contexte de flambée des matières premières au niveau international, en raison notamment de la crise en Ukraine. Face à cette situation exceptionnelles, plusieurs pays prennent des mesures pour réguler leurs exportations, comme l’indique le journal.

Le Maroc produit entre 4.000 et 6.000 tonnes d’huile d’argan par an. Son exportation oscille chaque année entre 1.000 et 1.500 tonnes. Et le journal de rappeler différents moments clés du secteur comme la signature en 2011 du contrat programme entre le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle marocaine de la filière de l’argan, l’inscription de l’arganier en 2014 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), la reconnaissance en 2018 de l’arganier en tant que système du patrimoine agricole mondial par l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’instauration par l’ONU du 10 mai comme journée internationale de l’arganier.

Par Fayçal Ismaili
Le 10/04/2022 à 23h11