Info360. Covid-19: au Maroc, l'utilisation du vaccin AstraZeneca sera maintenue, annonce le gouvernement

À la Régie autonome des frigorifiques de Casablanca, lors de la première distribution du vaccin d'AstraZeneca.
À la Régie autonome des frigorifiques de Casablanca, lors de la première distribution du vaccin d'AstraZeneca. . Khadija Sabbar - Le360

Le Maroc a décidé de "maintenir" l'utilisation du vaccin AstraZeneca contrairement à la décision de certains pays européens de suspendre provisoirement ce vaccin contre le Covid-19, a appris Le360, ce lundi 15 mars 2021, de sources gouvernementales.

Le 15/03/2021 à 18h01

Interrogé par Le360, un membre du Comité scientifique et médical, l'autorité qui gère le suivi et le contrôle des vaccins britannique AstraZeneca et chinois Sinopharm, utilisés au Maroc, estime que le vaccin AstraZeneca ne constitue pas de risque. Jusqu'à présent aucun incident majeur n'a été signalé par le ministère de la Santé depuis le début de l'opération de vaccination fin janvier. 

"On maintient ce vaccin car il n'y a pas de raison de le suspendre sur le plan médical et scientifique. Il n'y a aucun risque", a affirmé notre source qui parlait sous le couvert de l'anonymat.

Le gouvernement marocain avait annoncé le jeudi 24 décembre 2020 avoir commandé 65 millions de doses des vaccins chinois Sinopharm et britannique AstraZeneca, pour les injecter, à terme, à 25 millions de personnes. Depuis fin janvier 2021, plus de 4 millions de personnes, soit 11% de la population, ont reçu au moins une dose des deux vaccins. À la date de ce même lundi 15 mars, plus de 1,7 million de personnes a reçu la deuxième dose.

Il faut rappeler que plusieurs pays européens (France, Norvège, Allemagne, Italie, Islande entre autres) ont suspendu l'utilisation du vaccin AstraZeneca en attendant l'avis de l'autorité européenne du médicament. Le motif a un lien avec "l'apparition d'effets secondaires".

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le groupe pharmaceutique AstraZeneca affirment qu'il n'y a "aucune preuve de risque aggravé" de caillot sanguin causé par le vaccin. L'OMS estime, quant à elle, qu'il n'y a "pas de raison de ne pas utiliser" ce vaccin. 

Par Mohamed Chakir Alaoui
Le 15/03/2021 à 18h01