Aïd Al-Fitr: la Blouza oujdia se modernise pour survivre

Fatima Fizazi, une couturière d'Oujda passionnée par la préservation des habits traditionnels.

Le 22/04/2023 à 17h03

VidéoChaque année, Aïd Al-Fitr offre une occasion unique de renouer avec les traditions et de perpétuer l’art du travail manuel des artisans, notamment dans l’habillement. Parmi eux, Fatima Fizazi, couturière qui voue une passion de longue date à la préservation de l’héritage vestimentaire oujdi, notamment à travers sa modernisation.

Jellaba, gandoura, caftan... le marché des tenues traditionnelles fleurit à l’approche de Aïd Al-Fitr dans les quatre coins du royaume. À Oujda, l’habit traditionnel par excellence est la Blouza, une tenue féminine typique de cette ville de l’Est marocain.

Le360 a rendu visite à Fatima Fizazi, une couturière qui a consacré sa vie à la préservation de cette tenue traditionnelle qui sublime depuis plusieurs décennies la silhouette des femmes de la région. Cette femme est à la tête, depuis 2017, d’une coopérative employant une douzaine de femmes, et qui s’est donné pour mission la perpétuation d’un héritage et d’un savoir-faire ancestral.

Pour se plier aux exigences de l’évolution de la mode, Fatima Fizazi dit œuvrer pour la modernisation de la Blouza, grâce à des coupes plus raffinées et des motifs contemporains, conjugués aux techniques de la broderie traditionnelle.

«À notre époque, on portait la Blouza même à la maison. Les nouvelles mariées nous commandaient plus de vingt tenues pour le grand jour. Aujourd’hui, nous nous devons d’être créatifs pour que les jeunes femmes continuent à porter la Blouza et préservent cet héritage qui nous rend fiers. », souligne-t-elle.

Par Mohammed Chellay
Le 22/04/2023 à 17h03