Vidéo. Sidi Hamdi Ould Errachid: «le prince héritier émirati avait participé à la glorieuse Marche verte»

Sidi Hamdi Ould Errachid, président du conseil régional de Laâyoune-Sakia El Hamra . Le360

Le 04/11/2020 à 15h32

VidéoDernière résolution onusienne, responsabilité de l'Algérie, ouverture de consulats… Le Président du Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra évoque les derniers développements de l’affaire du Sahara. Confessions de cet élu, au verbe haut.

Dans un entretien avec notre média, à l'occasion de l'ouverture du consulat des Emirats arabes unis, ce mercredi 4 novembre 2020, Sidi Hamdi Ould Errachid, élu de Laâyoune, connu pour son franc-parler, y est allé franco, et a accusé l'Algérie "d'éluder son rôle fondamental" dans le conflit artificiel créé autour de la question du Sahara marocain.

"J'ai toujours exprimé cette conviction que l'Algérie est une partie essentielle dans le conflit. Je l'ai dit, et répété, lors des tables rondes organisées à Genève par l'ONU en présence de l'Algérie et des séparatistes", a martelé Sidi Hamdi Ould Errachid, élu municipal, et régional, du parti de l'Istiqlal.

C'est en sa qualité d'élu dans les provinces sahariennes que cette personnalité de premier plan avait été invitée par l'ONU à participer aux deux tables rondes de pourparlers, qui avaient été organisées par l'ONU à Genève, en 2018 et 2019, avec la participation de l'Algérie et des séparatistes. 

Selon Sidi Hamdi Ould Errachid, si "la résolution 2548 confirme la responsabilité d'Alger en lui accordant une place directe dans le conflit", le texte onusien a mis en relief "la crédibilité, le sérieux, le pragmatique du projet d'autonomie du Maroc". Ce plan, a-t-il rappelé, est une initiative qui avait été présentée il y a 13 ans, au siège de l'ONU, par le roi Mohammed VI.

Interrogé, par ailleurs, sur l'ouverture ce mercredi 4 novembre 2020 à Laâyoune d'un consulat des Emirats arabes unis, Sidi Hamdi Ould Errachid a estimé que cette décision n'était "pas une surprise, vu l'excellence des liens qui unissent les dirigeants des deux pays". Et de rappeler que ce pays, arabe, est cher au cœur du Maroc. 

Et de relater ce fait historique: "l'histoire se répète. Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane, le prince héritier émirati, nous a honorés par cette décision souveraine d'ouvrir une représentation consulaire à Laâyoune. Il faut rappeler que le prince héritier émirati, âgé de 14 ans en 1975, avait participé à la glorieuse Marche verte, par laquelle le Maroc a récupéré son Sahara en le retirant du colonialisme espagnol".

Cette ouverture du consulat des Emirats arabes unis intervient alors que le Maroc s'apprête à célébrer, le 6 novembre prochain, le 45e anniversaire de la Marche verte.

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini
Le 04/11/2020 à 15h32