Tourisme: le bout du tunnel en 2022?

Agadir. . DR

Revue de presseKiosque360. Après une année 2020 catastrophique et une année 2021 en demi-teinte, le secteur du tourisme met tout en oeuvre pour que 2022 soit l’année de la reprise. Les détails.

Le 26/09/2021 à 20h33

Le secteur du tourisme n’a toujours pas repris sa dynamique d’antan. Paralysé par la pandémie de Covid-19, le secteur voit en 2022 l’année de la reprise. En effet, plusieurs facteurs redonnent de l’espoir aux opérateurs et au secteur entier, rapporte Aujourd’hui le Maroc qui fait un dossier spécial tourisme à l’occasion de la Journée mondiale du tourisme, ce 27 septembre. 

Parmi les facteurs énoncés, la bonne marche de la campagne de vaccination, la levée de la majorité des restrictions sanitaires dans certains pays, ou encore le retour de la croissance et la reprise des activités économiques dans plusieurs parties du monde. 

En parallèle, les professionnels et acteurs concernés s’activent au Maroc. L’Office national marocain du tourisme (ONMT) a notamment impulsé une dynamique de transformation profonde de son modèle opérationnel, avec une stratégie ambitieuse visant à amorcer la relance du secteur touristique dès que les conditions sanitaires le permettront, souligne le journal. 

A l’occasion du Tourism Marketing Days régional de mai dernier, Adel El Fakir, directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), avait également souligné «la nécessité de la mise en place de stratégies régionales en matière de promotion touristique, car chaque région a ses spécificités que nous devons affiner pour en faire des marques touristiques fortes qui permettront un rayonnement tant national qu’international».

Pour participer à cet élan, la Confédération nationale du tourisme (CNT), tenue par le jeune binôme Hamid Bentaher et Hicham Mhamdi Alaoui, a aussi élaboré une feuille de route ambitieuse. Ses priorités? La finalisation des démarches entre les départements du tourisme, des finances et de la Direction générale des collectivités territoriales pour le report du paiement des taxes locales et de la taxe professionnelle à partir de janvier 2022, la demande de prolongation du contrat-programme au 31 décembre 2021, ou encore la mise en œuvre d’un plan de relance offensif par segment d’activité et la signature d’un nouveau contrat-programme couvrant le cap 2022-2024.

Par Fayçal Ismaili
Le 26/09/2021 à 20h33