Les enjeux du secteur du textile

Une unité de production textile. . DR

Revue de presseKiosque360. Investir dans l’amont du secteur textile, renforcer le Made in Morocco... Pour relancer le secteur du textile, nombreux sont les enjeux énumérés par les représentants de l’AMITH et le ministre de l’Industrie et du Commerce lors d’une réunion de travail. Explications.

Le 02/11/2021 à 18h49

«Le secteur (du textile) doit capitaliser sur ses nombreux acquis et saisir les opportunités qu’offre ce contexte économique mondial de relocalisation des sites industriels pour attirer plus d’investisseurs et monter en gamme», comme l’a mis en avant Ryad Mezzour, le ministre de l’Industrie et du Commerce, lors d’une réunion de travail avec les représentants de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH) consacrée à l’état et aux enjeux du secteur, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 3 novembre.

Ainsi, pour redynamiser ce secteur, il est primordial d’investir dans l’amont du textile. C’est «stratégique pour sa pérennisation autant que la mutation vers des business models orientés produits finis», explique le ministre. Et cela permettra également de conquérir de nouveaux marchés à l’export.

Parmi les autres enjeux, le renforcement du Made in Morocco. «Le label marocain doit avoir une place de choix dans le marché local et international et nous ne ménagerons aucun effort pour y arriver», appuie Ryad Mezzour, assurant que «c’est une priorité inscrite au programme du gouvernement.»

Pour relancer le secteur, il est également indispensable de mettre un point d’orgue au respect des normes environnementales et du développement durable, les marques étrangères étant de plus en plus exigeantes sur cette question. 

Lors de cette rencontre, un point a été fait sur les réalisations faites dans le cadre du plan de relance industrielle. Au total, 102 projets d’investissement ont été lancés dans l’ensemble de la chaîne de valeur textile, englobant un investissement prévisionnel de 3,07 milliards de dirhams et la création de plus de 15.555 emplois à terme.

Par Fayçal Ismaili
Le 02/11/2021 à 18h49