Bouchra Baibanou: un livre pour raconter son ascension des sept sommets

Bouchra Baibanou, l'alpiniste marocaine, lors de la présentation de son livre «Mon chemin vers les sept sommets du monde». . Abderrahim Et-Tahiry / Le360

Le 18/06/2022 à 19h23

VidéoDans son livre intitulé «Mon chemin vers les sept sommets du monde», l’alpiniste marocaine, Bouchra Baibanou, communément appelée la dompteuse des sept sommets, fait un retour d’expérience sur son périple d’ascensionniste pour gravir les hautes montagnes. Entretien avec une championne que rien n’arrête.

L’alpiniste marocaine, Bouchra Baibanou est désormais la première femme au Maroc et la première femme arabe à avoir gravi l’Annapurna, 8.091m, l’un des sommets les plus difficiles au monde, faisant partie de la chaîne de l’Himalaya.

Et pour immortaliser ses exploits, l’aventurière au mental d’acier a décidé de sortir un livre, qu’elle a intitulé Mon chemin vers les sept sommets. Ligne après ligne, Bouchra Baibanou raconte, le cœur et les pages pleines d’émotions, son long voyage d’ascension de ces sept montagnes.

L’idée est de partager son expérience, tout en déconstruisant les stéréotypes sur la femme musulmane en général, et la femme arabe en l’occurrence. Des erreurs, des échecs, des peurs, des doutes et des leçons de vie, c’est ce dont nous fait part cette brave ascensionniste à travers ses écrits.

«Ce livre retrace mon chemin vers les sept sommets du monde. Je raconte beaucoup d’anecdotes, beaucoup de choses qui m’ont poussée à dépasser mes limites. Quelles sont les clés de la réussite. J’évoque beaucoup de choses et de détails qui m’ont permis de devenir ce que je suis aujourd’hui», explique Bouchra Baibanou, dans une déclaration pour Le360.

«J’ai entamé la rédaction il y a 4 ans de cela, après mon retour de l’Everest. Il est disponible en langue française, et prochainement en arabe, et en anglais», poursuit-elle.

Fière d’avoir réussi tous ces challenges, l’alpiniste revient également sur les difficultés extrêmes auxquelles elle a dû faire face pour gravir la montagne Annapurna, notamment les pistes frappées par de nombreuses avalanches, et la météo qui se faisait hostile.

«L’ascension la plus dure était celle du mont Annapurna. Cette montagne est aussi appelée “la montagne tueuse”, à cause des décès dus aux avalanches. Aujourd’hui, je suis fière de faire partie des 300 personnes dans le monde qui ont pu gravir cette montagne de la chaîne de l’Himalaya», confie notre interlocutrice.

Rappelons que Bouchra Baibanou est la première personne au Maroc à avoir réalisé le challenge des sept sommets de monde, et la première femme marocaine et nord-africaine à avoir gravi l’Everest, le 21 mai 2017. Et ce chemin vers les sept sommets du monde était en réalité un chemin vers elle-même.

L'alpiniste a précédemment escaladé le Kilimandjaro en Afrique en 2011, l'Elbrouz en Europe en 2012, l'Aconcagua en Amérique du Sud en 2014, le mont McKinley en Amérique du Nord en 2014, les Pyramides Carstens en Espagne en 2015, l’Everest en Asie en 2017 et le Vinson en Antarctique en 2018.

Membre fédéral à la Fédération royale marocaine de ski et de sport de montagne, présidente de la commission féminine, Bouchra Baibanou est également ingénieure d’Etat en informatique et télécommunications de l’école INPT et détient un diplôme d’études supérieures en gestion de HEC à Montréal, Canada.

Par Yousra Adli et Abderrahim Et-Tahiry
Le 18/06/2022 à 19h23