Aéroport Mohammed V: "C’est digne d’une gare routière!"

Aéroport international Mohammed V de Casablanca. . DR

Revue de presseKiosque360. C’est le ministre de l’Intérieur qui a qualifié le principal portail du royaume de gare routière. Avec ses infrastructures désuètes et les deux cas de décès enregistrés durant la semaine, c’est l’alerte rouge dans le plus grand aéroport du pays.

Le 04/08/2014 à 08h46

A la veille de Aïd Al Fitr, Mohamed Hassad a convoqué une réunion urgente avec les responsables de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca, en présence notamment du wali de la région Khalid Safir. C’est ce que nous apprend le quotidien Assabah dans son édition du lundi 4 août. Le ministre de l'Intérieur, qui avait mené au préalable une inspection incognito à l’aéroport, a pu relever de graves dysfonctionnements au sein de cette infrastructure, qu’il n’a pas manqué d’exprimer avec son franc parler habituel. "On dirait que c’est une gare routière!", aurait lancé le ministre lors de cette réunion, à en croire ce qui a été rapporté par nos confrères d’Assabah.

Faille sécuritaire de taille

Mohamed Hassad aurait constaté que la grille de protection séparant l’aéroport de la forêt de Bouskoura est inachevée. Une faille sécuritaire de taille dans une conjoncture où le royaume est en état d’alerte maximale devant des risques terroristes à ne pas prendre à la légère. Les infrastructures au sein de l’aéroport n’ont rien, non plus, de glorieux : les coupures d’électricité sont fréquentes et les pannes d’ascenseur régulières. Et ce qui aurait encore plus attisé la colère du ministre de l'Intérieur, toujours selon le quotidien, serait que les responsables actuels de l’aéroport renvoient la responsabilité à des dirigeants qui étaient en poste, il y a cinq ans de cela, notamment Abdelhafid Benalou, ancien directeur général de l’Office national des aéroports du Maroc, aujourd’hui écroué à la prison d’Oukacha dans le cadre d’une présumée affaire de détournement de deniers publics.

Les deux décès survenus, durant la semaine, au sein de l’aéroport Mohammed V ne sont pas faits pour arranger les choses. Le quotidien Al Massae rappelle les deux sinistres enregistrés à la frontière: un subsaharien décédé dans la zone de transit, soupçonné d’être porteur du virus Ebola et la mort d’une femme de retour de la Omra qui a fait craindre l’arrivée du virus Corona. L’analyse de sang réalisée sur le corps de la défunte a néanmoins révélé qu’elle n’était pas porteuse du virus. Mais le ministère de la Santé reste vigilant. Le département d'El Ouardi invite toutes les personnes revenant de la Omra à se rendre au centre hospitalier le plus proche en cas de malaise. Pendant ce temps, selon Al Massae, c’est l'état d’alerte maximal à l’aéroport Mohammed V…

Par Fahd Iraqi
Le 04/08/2014 à 08h46