La vente de la SAMIR ne couvrirait pas même la moitié des dettes | www.le360.ma