Une forte demande attendue sur le marché marocain en 2022

Une forte demande devrait alimenter le marché des phosphates au Maroc en 2022. . DR

Revue de presseKiosque360. Le Maroc, en dépit de la conjoncture internationale marquée par la crise russo-ukrainienne, a néanmoins des cartes à jouer pour tirer son épingle du jeu en 2022. Cet article est une revue de presse du journal Aujourd’hui Le Maroc.

Le 17/03/2022 à 21h44

Malgré les tensions géopolitiques, le Maroc devrait tirer son épingle du jeu dans plusieurs secteurs en 2022, nous apprend Aujourd’hui Le Maroc dans son édition de ce vendredi. «La croissance économique durant les prochains trimestres 2022 pourrait être tirée vers le haut par les performances de certains domaines économiques. Sur ce plan, deux secteurs sortent du lot, à savoir les engrais et le tourisme. S’agissant des engrais, des marchés importants semblent miser sur le Maroc pour garantir un approvisionnement normal», détaille le journal.

Aujourd’hui Le Maroc rappelle que la ministre brésilienne de l’Agriculture et de l’élevage, Tereza Cristina, avait tenu une rencontre avec les représentants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc, ajoutant qu’à l’ordre du jour figuraient les moyens de garantir l’approvisionnement de son pays en engrais.

Ainsi, le Brésil, en tant que pays à grande vocation agricole, s’inquiète de l’impact du conflit russo-ukrainien sur la disponibilité de l’engrais dans le pays. «Il faut préciser que le Maroc est le 3e fournisseur d’engrais au Brésil qui recherche des moyens de compenser le déficit d’achat en raison des tensions géopolitiques. Pour faire face à la forte demande attendue sur le marché international, OCP vise à augmenter sa production de plus de 10% cette année», explique le quotidien.

D’ailleurs, Reuters souligne que Nada Elmajdoub, vice-présidente exécutive de la gestion des performances chez OCP, a déclaré que l’Office vise à augmenter la production à 11,9 millions de tonnes en 2022 contre 10,8 millions de tonnes l’année dernière et à ajouter 3 millions de tonnes supplémentaires de capacité de production annuelle en 2023 face à une demande accrue pour ses produits en 2022 en provenance d’Inde, des Amériques et d’Afrique.

Pour Aujourd’hui Le Maroc, l’autre secteur économique qui promet pour les prochains mois est le tourisme. «Le Maroc sort les grands moyens pour attirer les touristes, notamment pour la prochaine saison estivale. En plus des marchés émetteurs traditionnels, le Royaume veut percer dans deux nouveaux marchés et augmenter le nombre de touristes accueillis», précise le quotidien.

La même source précise qu’après la stratégie commerciale et de communication déployée par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) sur les principaux marchés européens, l’office cible les marchés israélien et américain afin de relancer l’engouement autour de l’offre Maroc et son attractivité. 

Par Ismail Benbaba
Le 17/03/2022 à 21h44