Pour l’OMC, la récession mondiale devient de plus en plus inévitable

Ngozi Okonjo Iweala, directrice générale de l'OMC. 

Ngozi Okonjo Iweala, directrice générale de l'OMC.  . IMF Photographic archives

Revue de presseKiosque360. L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) estime que le risque d’une récession mondiale est plus probable que jamais. Elle table désormais sur une progression du PIB mondial de 2,2% pour 2023, contre 2,8% en juin. Cet article est une revue de presse du journal français La Tribune.

Le 27/09/2022 à 20h22

La récession mondiale se profile à l’horizon, signale l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le journal français La Tribune, qui revient sur les prévisions de l’OMC dans une récente publication sur son site internet, indique ainsi que la directrice générale de cette organisation table sur une «récession mondiale», alors que le monde est en proie à des «crises multiples».

S'exprimant à l'ouverture du forum public annuel de l'OMC à Genève ce mardi 27 septembre, Ngozi Okonjo-Iweala a souligné que l'organisation s'attendait auparavant à une «reprise post-pandémie», souligne latribune.fr. «Nous devons commencer à penser à la reprise. Nous devons réfléchir à ce que nous devons faire, aux politiques que nous devons mener pour restaurer la croissance», soutient la directrice générale de l'OMC.

L'institution a nettement dégradé sa prévision de croissance mondiale pour l'an prochain face aux effets plus durables du conflit en Ukraine et à la hausse des taux d'intérêt des banques centrales pour contenir l'inflation. Ainsi, l’OMC table désormais sur une progression du PIB mondial de 2,2% pour 2023, contre 2,8% attendus en juin. «Les pressions inflationnistes sont de plus en plus généralisées, la hausse des prix de l'énergie, des transports et d'autres coûts se répercutant sur les prix», note l'OCDE dans son rapport trimestriel, cité par latribune.fr qui ajoute que ces prévisions en baisse concernent la quasi-totalité des pays du G20 à l'exception de la Turquie, de l'Indonésie et du Royaume-Uni, dont l'activité économique stagnera.

Le journal fait remarquer que, dans la zone euro, l'OCDE estime que les risques de récession ont augmenté, et que c’est l’Allemagne qui est actuellement dans l’œil du cyclone avec un PIB qui reculerait de 0,7% l'an prochain, soit un plongeon de 2,4 points par rapport à la précédente prévision. En tout cas, pour l’OCDE, nuage épais d’incertitudes s’approche.

Par Ismail Benbaba
Le 27/09/2022 à 20h22