Les importations britanniques de marchandises en provenance du Maroc en hausse de 49,8%, à fin septembre 2021

AFP / Ezequiel BECERRA

Les fruits et légumes «made in Morocco» représentent plus du tiers des importations britanniques depuis le Maroc. Le Royaume-Uni accuse un déficit commercial global avec le Maroc de près de 3,7 milliards de dirhams, à fin juin 2021.

Le 26/11/2021 à 12h02

Depuis les entrées en vigueur du Brexit et de l’accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni, le premier janvier 2021, les échanges commerciaux entre les deux pays connaissent une progression remarquable, qui se manifeste par la forte percée de certains produits marocains sur les marchés britanniques.

Selon un document du Department of international trade, daté du 24 novembre, les importations britanniques de biens en provenance du Maroc ont enregistré une nette accélération au cours des derniers mois. Elles ont progressé de 34,1% à fin juin 2021 en comparaison avec fin juin 2020, atteignant un montant de 841 millions de livres sterling, soit près de 10,3 milliards de dirhams. A fin septembre 2021, la hausse est encore plus importante, puisqu’elle est de 49,8%, indique le document.

Pour ce qui est des exportations de biens du Royaume-Uni vers le Maroc, elles ont baissé de 6,1% à fin juin 2021, pour s’établir à 524 millions de livres sterling. Sur le troisième trimestre de 2021, ces exportations sont néanmoins reparties à la hausse et affichent, à fin septembre 2021, une croissance de 14,9%.

Les fruits et légumes en vedetteLe document du ministère britannique du Commerce renseigne sur les produits marocains les plus importés par le Royaume-Uni à l’issue du premier semestre 2021. Les fruits et légumes arrivent largement en tête avec plus du tiers des importations, soit un montant de 302 millions de livres sterling (plus de 3,7 milliards de dirhams).

Il faut rappeler à ce sujet qu’avec l’entrée en vigueur du Brexit, le Royaume-Uni a fait du Maroc l’une de ses principales sources d’approvisionnement en produit agricoles frais. L'opérationnalisation d’une nouvelle route maritime directe reliant Tanger Med au port de Poole, en Angleterre, devrait permettre d'accélérer cette tendance.

Les produits électriques divers arrivent en deuxième position des produits marocains les plus importés par le Royaume-Uni avec une part de 28,5% du total des importations. Les vêtements arrivent en troisième position (11,3%) et les voitures sont cinquièmes (3,5%).

© Copyright : Le360

De leur côté, les exportations britanniques vers le Maroc concernent en premier lieu le pétrole raffiné avec un montant de 130,7 millions de livres sterling (près de 1,6 milliard de dirhams, soit le quart des exportations. Les voitures et le gaz arrivent en deuxième et troisième position, avec des parts respectives de 13,3% et 9,1%.

Il faut noter toutefois que cette croissance remarquable des échanges de biens entre les deux pays est contrebalancée par la baisse importante des échanges de services, plombés notamment par la chute des recettes de voyages, liée à la persistance des effets de la crise sanitaire sur le secteur du tourisme. Ainsi, les importations britanniques de services en provenance du Maroc ont diminué de 67,9% (soit de près de 320 millions de livres sterling en moins) à fin juin 2021, par rapport à fin juin 2020. Le secteur du tourisme représente près de 58% des services importés par les britanniques depuis le Maroc.

Une balance commerciale à l’avantage du MarocAu final, en intégrant les échanges de services, le commerce total entre le Royaume-Uni et le Maroc (exportations et importations) a atteint 1,7 milliard de livres sterling (près de 21 milliards de dirhams) au terme du deuxième trimestre 2021, une baisse de 13,4% par rapport à la même période de l’année dernière.

Par ailleurs, souligne le document du ministère britannique du commerce, le Royaume-Uni accuse un déficit commercial global avec le Maroc de 305 millions de livres sterling à fin juin 2021 (soit près de 3,7 milliards de dirhams), contre 257 millions de livres sterling à fin juin 2020.

Par Amine El Kadiri
Le 26/11/2021 à 12h02