Le détail de la ventilation de la nouvelle rallonge budgétaire

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget.

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget. . DR

Revue de presseKiosque360. Les entreprises publiques s’accaparent la part du lion des 12 milliards de dirhams qui constituent la nouvelle rallonge budgétaire, avec un total de 7 milliards de dirhams. Seuls 3 milliards de dirhams sont destinés au dialogue social et aux urgences économiques. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien L’Economiste.

Le 11/10/2022 à 21h41

On en sait davantage sur la ventilation de la nouvelle rallonge budgétaire décrétée par le gouvernement, établie à 12 milliards de dirhams. Deuxième du genre en quatre mois, après celle de 16 milliards de dirhams consacrée à la compensation, la nouvelle enveloppe sera destinée principalement à la retraite et aux entreprises publiques.

Près de 2 milliards de dirhams iront ainsi à la Caisse marocaine de retraite (CMR) et 3 milliards seront affectés aux urgences économiques pouvant survenir d’ici la fin de l’année ainsi qu’aux engagements pris vis-à-vis des enseignants (1 milliard de dirhams), détaille le quotidien L’Economiste dans son édition du 12 octobre. Le reste sera mis au profit des entreprises publiques qui «ont du mal à se relever des répercussions économiques de la pandémie et de la hausse des cours des matières premières», lit-on. Quelque 7 milliards de dirhams seront ainsi accordés notamment à Royal Air Maroc et à l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE).

«La compagnie aérienne est dans une situation financière critique et pourrait terminer l’exercice 2022 sur un déficit de près de 2,7 milliards de dirhams», indique le quotidien. L’ONEE n’est pas mieux loti. Sans subvention des achats des produits énergétiques, les pertes pourraient culminer à 24,14 milliards de dirhams. «Cet établissement dont la santé financière est fragile risque de voir ses indicateurs financiers passer dans le rouge. Ce qui réduirait les efforts fournis au cours des dernières années», explique L’Economiste. En chiffres, les achats d’hydrocarbures et des produits énergétiques pourraient culminer à 47,7 milliards de dirhams contre 22,1 milliards en 2021. L’aide octroyée à l’ONEE a également pour but de maintenir inchangé le prix de l’électricité, malgré la forte hausse des matières premières (fuel, gaz, etc).

Mardi 11 octobre, conformément à l’article 60 de la Loi organique relative à la loi de finances, la commission des finances relevant de la Chambre des représentants a été informée des détails du décret adopté lors de la dernière réunion du Conseil de gouvernement autorisant l’ouverture de crédits supplémentaires de l’ordre de 12 milliards de dirhams au profit du budget général de l’Etat. Le ministre délégué au Budget, Fouzi Lekjaa, a fait savoir que les charges de compensation devraient atteindre un total de 40 milliards de dirhams d’ici la fin de l’année.

Par Nabil Ouzzane
Le 11/10/2022 à 21h41