La norme Bio-Maroc fait son entrée sur le marché international

DR

Revue de presseKiosque360. Le Maroc a obtenu le certificat d'admission de la norme biologique marocaine «Bio-Maroc» dans la famille des normes IFOAM – Organics International (OI). Cet article est une revue de presse tirée du quotidien L’Economiste.

Le 19/09/2022 à 21h45

La norme biologique marocaine «Bio-Maroc» fait son entrée dans la famille des normes IFOAM – Organics International (OI). Ce certificat d’admission a été obtenu lors du Biofach-2022, salon leader mondial de l'alimentation biologique (26-29 juillet 2022 à Nuremberg en Allemagne), indique le quotidien L’Economiste dans son édition du 20 septembre, citant le ministère de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

«Ce certificat d'admission est décerné à la suite d'une évaluation exhaustive de la norme biologique nationale du Maroc Bio-Maroc par rapport aux objectifs et exigences communs des normes biologiques (COROS)», précise le ministère. Elle résulte d'une «étroite» collaboration entre le projet de coopération bilatérale maroco-allemande «Dialogue technique agricole et forestier (DIAF)», l'IFOAM-OI et le ministère.

«Grâce à l'obtention de ce certificat, le Maroc s'aligne aux standards de l'IFOAM-OI, gagne en crédibilité au niveau international et se positionne dans de nouveaux marchés internationaux des produits biologiques tels que l'Arabie Saoudite ou l'Australie, ce qui permettra de développer ses exportations», lit-on dans le journal.

Rappelons que le programme Génération Green ambitionne d’atteindre 100.000 hectares de superficie bio cultivée à l’horizon 2030. Pour l’heure, cette dernière compte un plus de 12.000 ha, en plus des plantes spontanées telles que l’arganier, les plantes médicinales et aromatiques, la figue de barbarie et le caroubier, ainsi que les câpres. L’olivier, l’amandier, les agrumes et les cultures maraîchères, ainsi que les plantes aromatiques et médicinales, sont les principales filières cultivées.

En termes de production, la filière génère actuellement un volume de 120.000 tonnes contre 40.000 tonnes en 2010. C’est principalement dans les régions Fès-Meknès (19%), Marrakech-Safi (18%), Souss-Massa (16%), Casablanca-Settat (16%) et Rabat-Salé-Kénitra (14%) où se localisent 80% de la superficie cultivée sous mode biologique. Plus de 17.000 tonnes des produits bio ont été exportés en 2019 contre 10.000 tonnes en 2010. Ce sont principalement des agrumes, des primeurs, du jus d’orange congelé, de la fraise surgelée, de l’huile d’olive et de l’huile d’argane qui constituent le label Maroc Bio à l’étranger.

Ce mode de production a débuté au Maroc dans les années 1990 et s’est renforcé dans le cadre du Plan Maroc Vert à travers notamment une organisation de ses acteurs et une structuration de ses composantes. La filière s’appuie également aujourd’hui sur un cadre juridique et réglementaire. La production biologique marocaine est en effet régie depuis septembre 2018 par la loi n°39-12.

Par Nabil Ouzzane
Le 19/09/2022 à 21h45