En un an, la capitalisation de la Bourse de Casablanca a perdu 129 milliards de dirhams

Siège de la Bourse de Casablanca. . Saad Zouhri

C’est une année à oublier pour la bourse de Casablanca. A fin 2022, le Masi, principal indice de la place, a accusé une contre-performance de 19,75%. Retour sur les plus fortes hausses et les plus fortes baisses de l’année.

Le 03/01/2023 à 18h35

La Bourse de Casablanca a continué de subir, durant l’année 2022, les effets de la crise sanitaire et du contexte inflationniste. La capitalisation boursière s’est chiffrée à 561,103 milliards de dirhams à fin 2022, soit une perte de 129, 613 milliards de dirhams par rapport à 2021. 

Au titre des douze mois de l’année, le Masi a perdu 19,75% à 10.720,25 points, le Morocco Stock Index 20 (MSI 20) a lâché 21,03% à 857,43 points et l'indice de référence Environnement, Social et Gouvernance (Casablanca ESG 10) a reculé de 19,34% à 805,04 points.

A l’international, l'indice Stoxx Europe 600, qui représente 600 des principales capitalisations boursières européennes, a reculé de plus de 12% en 2022, à l'instar du Dax allemand, qui a inhabituellement fait moins bien que ses consœurs. Le CAC 40 a baissé quant à lui de 9,50% par rapport au 31 décembre 2021 et Londres a résisté (+0,91%).

Aux Etats-Unis, l'indice Nasdaq, où se concentrent les populaires valeurs technologiques, a dégringolé cette année de presque 35%. Le repli du Dow Jones a été de presque 9% et l'indice élargi $&P 500, le plus représentatif du marché américain, a lui chuté de 20%.

A l’image des bourses européennes et américaines, en Asie, la Bourse de Tokyo a perdu plus de 9% en 2022, sa pire année depuis 2018, tout comme les Bourses de Shanghai (-15,13%) et Shenzhen (-21,63%). La place de Hong Kong a chuté de plus de 15%, pire performance depuis 2011.

Pourtant, contrairement à la tendance baissière générale, certaines bourses ont réussi à sortir la tête de l’eau et à se démarquer, à l’image de la bourse de Tunis qui a terminé l’année avec un rendement annuel de 15,10% et la Bourse d’Egypte qui a enregistré une performance de 22% en 2022. 

Top 5 des plus fortes hausses et des plus fortes baisses de l’année Durant l’année 2022, les plus fortes baisses de la place casablancaise ont été accusées par BMCI (-45,22 % à 354,40 dirhams), Douja Prom Addoha (-40,81 %, à 6,28 dirhams), Maghreb Oxygène (-39,42 % à 244,75 dirhams), Eqdom (-37,68 % à 850 dirhams) et Itissalat Al Maghrib (-31,88 à 95 dirhams).

En parallèle, les plus fortes hausses ont été réalisées par Managem (+61,15 % à 2.530 dirhams), Balima (+50% à 165 dirhams), Oulmès (+48 % à 1.554 dirhams), Alliances (+40,65% à 52 dirhams) et Timar (+30,53 % à 180 dirhams).

Par secteur, celui des mines a enregistré la plus forte hausse (+32,73%), suivi du secteur de la sylviculture et papier (+25,35%) et celui de l'électricité (+4,57 %). Les plus fortes baisses ont été enregistrées du côté du secteur des bâtiments et matériaux de construction avec une chute de 34,98%, suivi des télécommunications (-31,88%) et participation et promotion immobilières (-27,15%). 

Par Safae Hadri
Le 03/01/2023 à 18h35