Dakhla: les travaux du troisième Forum des associations africaines d’intelligence économique ont débuté, débats en cours

Cérémonie d'ouverture des travaux de la troisième rencontre africaine du Forum des associations africaines d'intelligence économique (FAAIE), le 5 décembre 2022, à Dakhla.  . Souilme Bouaamoud / Le360 (capture image vidéo)

Le 06/12/2022 à 11h08

VidéoLes travaux de la troisième rencontre africaine du Forum des associations africaines d'intelligence économique (FAAIE), placée sous le thème de «l’Afrique des innovations, politiques nationales et coopération africaine», ont débuté hier, lundi 5 décembre 2022, à Dakhla.

Placée sous le haut patronage du roi Mohammed VI, et sous l’égide de l’Université ouverte de Dakhla, cette rencontre de trois jours (du 5 au 7 décembre 2022), vise à exposer la réalité des stratégies et politiques africaines et internationales en matière d’innovation et leurs impacts sur le développement économique dans le continent, à travers une approche scientifique et académique.

Cet évènement a également pour objectif de valoriser les expériences des pays d'Afrique en matière d'intelligence économique, de renforcer les partenariats, de développer des innovations continentales, de soutenir l'esprit entrepreneurial et le capital d'investissement, en tant que leviers fondamentaux du développement économique en Afrique, permettant de relever les défis auxquels sont confrontés les systèmes mondiaux d'intelligence économique.

Dans une allocution au cours de la cérémonie d’ouverture de cette rencontre, Driss Guerraoui, président du forum des associations africaines d’intelligence économique, a indiqué que cette rencontre devrait traiter un sujet d’une extrême importance dans un contexte régional et international délicat, qui risque de produire des conséquences sur la sécurité, la stabilité et le développement du continent africain.

Driss Guerraoui, qui est également le président de l’Université ouverte de Dakhla, a souligné que la science, la connaissance et la technologie jouaient un rôle primordial pour faire face aux défis économiques, sociaux, environnementaux et numériques dans un système mondial en mutation constante, expliquant que l'innovation était un levier fondamental pour garantir la réussite de la transition climatique, énergétique et numérique et faire face aux futures crises et guerres.

Pour le président du forum des associations africaines d’intelligence économique, l'avenir du développement en Afrique est désormais tributaire de l'élaboration de politiques publiques efficaces dans le domaine de la recherche scientifique et technologique. Driss Guerraoui a insisté à cet égard sur toute l'importance que revêt l'investissement dans le capital humain et l’intelligence stratégique.

Vice-président du Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab, Dahi Hormatallah a souligné que cette rencontre constituait une plateforme à même de consolider la coopération Sud-Sud et de renforcer les liens de partenariats et l'échange d’expertises et d'expériences réussies entre les pays du continent africain, en faveur d'un développement intégré.

Ce rendez-vous, a poursuivi Dahi Hormatallah, permettra de jeter les bases d'un partenariat efficace entre les pays africains, pour mettre l’accent sur les défis actuels auxquels est confronté le continent. Il est impératif, selon le vice-président du Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab, d'unifier les visions et de concentrer les efforts entre les différentes parties prenantes.

Au cours de cette première journée, des conventions de partenariat ont été signées entre l’Université ouverte de Dakhla et le Réseau des professionnels de l’intelligence économique du Burkina Faso, mais aussi entre l'ONG «Women association for technological innovation» du Cameroun et l’association malienne pour la promotion de l’intelligence économique, dans le but de renforcer les capacités africaines dans le domaine de l’intelligence économique et d’engager ces associations dans le forum des associations africaines d’intelligence économique.

De même, deux autres conventions de partenariat ont été signées avec le «Strategic competitive intelligence for professionals» (SCIP) des Etats-Unis d'Amérique et l’Académie de l'intelligence économique, dont les locaux sont à Paris, en vue de raffermir davantage les relations de coopération internationale du forum.

Une cérémonie de remise de Prix a aussi été organisée, afin de récompenser les meilleurs travaux de recherche en intelligence économique en Afrique, dans les catégories du «meilleur livre» et de la «meilleure thèse de doctorat», qui ont respectivement été remis à un chercheur du Mali et un autre, du Burkina Faso.

Cette première journée a aussi été marquée par la participation aux travaux de représentants d’associations nationales d’intelligence économique de pays anglophones, lusophones et francophones dans le continent, ainsi que d’acteurs institutionnels et la présence d’experts d'Afrique ou issus d'autres continents et travaillant sur l’Afrique.

Les travaux de cette rencontre de trois jours sont notamment axés sur les multiples «Stratégies nationales d’innovations en Afrique», l'«Innovation et [le] développement économique» et le fait d'envisager différentes «approches pour une innovation durable et inclusive en Afrique». 

Par Souilme Bouaamoud (avec MAP)
Le 06/12/2022 à 11h08