Création de l’emploi, régionalisation, durabilité… vers une nouvelle ère industrielle

Une unité industrielle.. DR

Revue de presseDans un message adressé aux participants à la première édition de la Journée nationale de l’industrie, le roi Mohammed VI amorce une nouvelle ère industrielle portée vers et par la souveraineté. Cet article est une revue de presse tirée de l’hebdomadaire La Vie Éco.

Le 02/04/2023 à 18h33

«Le roi Mohammed VI a ouvert la voie du Maroc industriel de demain», écrit La Vie Éco dans sa livraison hebdomadaire en référence au message du souverain adressé aux participants à la première édition de la Journée nationale de l’industrie, tenue le 29 mars dernier à Casablanca. Lu par le ministre de tutelle, Ryad Mezzour, le message royal pose les bases de la nouvelle stratégie industrielle du Royaume.

«Il faut se préparer pleinement à inaugurer une nouvelle ère industrielle portée vers et par la notion de souveraineté. Notre pays a besoin, pour réussir ce challenge, d’une industrie intégrant de nouvelles activités et de nouveaux savoir-faire et offrant plus d’opportunités d’emploi», souligne le roi Mohammed VI. Selon La Vie Éco, cette nouvelle ère industrielle repose sur plusieurs axes essentiels.

Parmi ces axes, la souveraineté, la création de l’emploi, le renforcement des compétences, la mise en place de dispositifs d’accompagnement pour le renforcement de l’infrastructure technologique et de la R&D, l’accélération de la transition vers une production sobre en carbone, la rationalisation de l’utilisation de l’eau et l’implication du secteur privé dans l’effort d’investissement industriel.

Dans son message, le souverain lance un appel clair au secteur privé. «Eu égard à l’importance des priorités que nous avons définies, et compte tenu du rôle et de la responsabilité dont le secteur privé doit s’acquitter aux côtés de l’Etat dans le domaine industriel en relevant les défis actuels et en exploitant les opportunités existantes, nous appelons ce secteur à tirer parti de la dynamique enclenchée par la nouvelle Charte de l’investissement».

Selon l’hebdomadaire, cet appel a trouvé un bon écho auprès de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Son président, Chakib Alj, a insisté sur la prise de conscience du patronat et «du rôle que doit jouer le secteur privé dans la dynamique industrielle du Royaume».

De son côté, Mohamed Benchaâboun, directeur général du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, a regretté «le manque d’ancrage du capital marocain dans les investissements industriels», ainsi que l’insuffisance du taux d’intégration de plusieurs filières, alors que «nous disposons de toutes les ressources pour améliorer ce taux», rapporte l’hebdomadaire.

Par Khalil Rachdi
Le 02/04/2023 à 18h33