Comment Singapour transforme les rejets des égouts en eau ultra propre

Des habitants portent des masques, par peur de propagation du coronavirus, le 5 février 2020 à Singapour.  . DR

Revue de presseKiosque360. A Singapour, une partie croissante des rejets de ses égouts en eau potable. Une innovation que les autres pays gagneraient à reproduire.

Le 22/08/2021 à 22h04

Des pompes géantes vrombissent dans une usine de traitement high-tech des eaux usées à Singapour:. La cité-Etat d'Asie du Sud-Est transforme une partie croissante des rejets de ses égouts en eau potable tout en réduisant la pollution marine, relève l’Agence France Presse ce 22 août.

Alors que petit territoire aux ressources en eau limitées a longtemps été dépendant de l'approvisionnement venant de la Malaisie voisine, cette nouvelle technologie change la donne car le gouvernement a développé un système perfectionné pour retraiter les eaux usées avec un réseau de canalisation et des usines high-tech.

Aujourd'hui, les eaux retraitées fournissent déjà 40% des besoins de Singapour et la proportion devrait atteindre 55% de la consommation d'ici 2060, selon l'agence nationale de l'eau citée par l’AFP. Si l'essentiel de cette eau va à l'industrie, une partie est aussi utilisée pour l'eau potable et abonde les réservoirs de l'île de 5,7 millions d'habitants.

Ce système contribue à la réduction de la pollution marine puisqu'une petite partie seulement des eaux usées sont rejetées en mer. Sur ce pointr, il faut noter que selon les estimations des Nations unies, 80% des eaux usées de la planète sont déversées dans les écosystèmes sans retraitement ni recyclage.

"Singapour manque de ressources naturelles et a une superficie limitée, c'est pourquoi nous recherchons de nouvelles sources d'eau et des façons d'optimiser notre fourniture en eau", a expliqué Low Pei Chin, ingénieure en chef en charge du traitement de l'eau au Bureau des services publics (PUB) de Singapour à l'AFP.

Pièce maîtresse de cette stratégie: "récupérer chaque goutte", et "recycler à l'infini". Cela s'ajoute aux importations d'eau, aux réservoirs et au dessalement de l'eau de mer pour assurer l'approvisionnement en eau de la cité-Etat, poursuit l’AFP. Au coeur de ce système, on trouve l'usine de retraitement high tech de Changi sur la côte est de l'île.

Toujours selon la même source, une partie de ces infrastructures se trouvent en sous-sol, certaines à 25 étages sous la surface, pour économiser du terrain. Elles sont alimentées par les eaux usées qui arrivent par une grande canalisation de 48 kilomètres reliée aux égouts.

Ce site abrite d’ailleurs un labyrinthe de tuyaux, réservoirs, systèmes de filtration et d'installations qui peuvent retraiter jusqu'à 900.000 mètres cubes d'eau usée par jour. 

Par Khalil Rachdi
Le 22/08/2021 à 22h04